• Relation de sens qui s'instaurent entre les plans. Selon Eisenstein, la juxtaposition de deux plans fait naître une troisième image (concept ou idée). Il n'y a pas addition du sens de deux plans mais multiplication. Les Russes ont été les premiers à théoriser l'apport du montage.



  • Eisenstein suggère l'idée que de deux plans peut surgir une troisième idée. La notion de conflit est issue de la dialectique hegelienne et marxiste.

  • Dérivé du mot "Obraz" ("image" en russe), Eisenstein désigne ainsi le caractère d'image d'une représentation visuelle. L'Obraznost, c'est l'idée (la métaphore) qui jaillit d'une séquence ou d'une représentation, plus que la simple image figurative (l'obraz).



  • L'Extase, c'est l'adhésion émotionnelle forte du spectateur face à une représentation. Chez Eisenstein, la forme filmique doit avoir une nature "extatique". 

  • Chez Eisenstein, ce montage fait jouer les "harmoniques" pour obtenir une logique formelle et une cohérence émotionnelle.