• C'est ce qui revient sous une autre forme après être passé par l'oubli. Selon Bergala, le cinéma de Godard passe entre autre par la réminiscence (3e plateau), c'est à dire par la résurgence dun motif, d'une idée, ou d'une structure, sous une nouvelle forme. Ainsi, le film "Monika", mais aussi tous les éléments liés à la vie, à notre propre culture, ou à notre propre expérience de spectateur de cinéma, passe forcément par la réminiscence visible dans la création. Tout ce qu'on a cru oublier a été assimilé et peut réapparaître sous une forme nouvelle. Le thème de l'insularité cher à Godard serait par exemple une forme de réminiscence (stocké dans le préconscient) qui aurait pour origine le film "Monika" de Ingmar Bergman (1953).

  • La subdivision créatrice, selon Eisenstein, est une opération technique qui vise à sélectionner toutes les idées qui composent un thème. Une fois les idées du thème énumérées, il faut les combiner grâce au découpage et au montage pour constituer une séquence, une synthèse, un tout.

  • Terme inventé par Pasolini, synonyme de plan-séquence subjectif. Le plan de la mort de Kennedy filmée en 16mm par un spectateur est une subjective.



  • Reconstituer le tout par la représentation d'une partie.



  • Décor projeté frontalement sur un écran derrière les interprètes.